Kategori Achiv: Nouvo medya

Tèt Ewopeyen rele kan : kèk foto

Nou remèsye yo entèvni (souvan ki soti byen lwen) ak patisipan yo pou nou Tèt Ewopeyen rele kan pou La Cantine-Silicon wout, nou mèsi tou pou tout bagay, sitou pou li sipò, konsa, mwen Sant Panthéon nan Sorbonne.
Yo jwenn ak atelye yo te pèmèt yo dekouvri nan inisyativ pou diferan peyi, (egzanp, l'Italie) yo pwoblèm sekirite enfòmasyon pèsonèl, yo pran nan men l 'zouti jesyon kriz oswa zouti cartographie. Ak tou s'interroger sou nouvo distribisyon nan wòl ant enstitisyon tradisyonèl chaje ijans ak kriz ak sitwayen yo ki gen aksè nan nouvo teknoloji (Entènèt, SMS, lojisyèl espesyal, elatriye)
Yon refleksyon sou nati rezo ki Federasyon sa inisyativ , eksperyans ak moun nan nivo Ewopeyen an pandan.
Ou ka jwenn pi ba a kèk foto sa yo pandan twa jou entansif ak enteresan isit la.
Created with Admarket a flickrSLiDR.

Goudou Goudou : yo tande vwa ignorées nan rekonstriksyon an Ayiti

Yon webdocumentaire pou Giordano Cossu ak Benoît Cassegrain bay pawòl la bay jounalis ayisyen. (atravè SiliconManiacs)


Goudou Goudou, yo tande vwa ignorées nan rekonstriksyon Ayiti-

Lendi 10 janvye, Benoit Cassegrain ak Giordano Cossu, vin prezante nan La Cantine yo webdocumentaire Goudou Goudou : yo tande vwa ignorées nan rekonstriksyon, sou rekonstriksyon Ayiti. Li pral Livrezon a 12 janvye sou RFI, yon lane jou pou jou, apre tranbleman tè, epi ki fonksyone sou goudou-goudou.net ak RFI.fr.

Goudou Goudou se non yo te bay Ayisyen yo nan tranbleman tè, yo rele yo tou pafwa "bagay la". Ekspresyon, se yon onomatopée, Li nonmen l 'la sou latè, ki yo pran tranble,, ki fè "goudougoudougoudougoudou ...".

Kontinye lekti

Yo, prezantasyon nan dezyèm Crisiscamp @ Nan Cantine

Sa a, dezyèm kontre CrisisCamp Pari te dewoulman 1ye oktòb La Cantine, anba fòm rankont enfòmèl ant aktè yo nan sektè pou ijans, yo ka asosyasyon pwofesyonèl oswa, oubyen senp volontè.

Pou yo pase nan Pari a OWF, fondatè yo ki CrisisCamps bay US, Noel Dickover ak Heather Blanchard yo te rakonte pandan rankont sa a, yo eksperyans ak vizyon ki CrisisCamps. Apre yon rapid tou tab kote pou yo chak te prezante brièvement, kontre li structurée an fonksyon sijè ki prezante epi pou atelye yo disponib a tout patisipan yo ak òganizasyon nan jounen.

Kontinye lekti

#x24 : yon egzèsis / simulation repons pou yon kriz imaginaire

Nan 24 ak 25 septanm va gen kote yon “egzèsis” repons a yon kriz nan tan reyèl sou medya sosyal (Facebook, Twitter, blog, nouvo medya) sitou Ozetazini, wonn dune “kriz imaginaire”, yon tranbleman tè nan Kalifòni nan Sid. Fotèy Twitter ale talè Livrezon ak enfòmasyon sou sa. s'agit a, dapre òganizasyon, yon egzèsis “pluridisiplinèr, entènasyonal”. Si ou ta renmen suiv sa egzèsis mobilizasyon an liy, swiv hashtag (mo kle)# X24. Kont Twitter se http://twitter.com/exercise24. Plis enfòmasyon sou InRelief Website https://sites.google.com/a/inrelief.org/24 / http BuzzMgr://www.buzzmgr.com/x24/ Exercise24 (X24)

Nan lis patisipan enskri sou paj sa a entènèt :https://sites.google.com/a/inrelief.org/24/participants

Sous : CrisisMappers

Medya : Lè yo geeks yo penchent sou kriz (Gym)

Article paru sur Gym

“Tout moun ap travay Cosmos yo tout ". Une poignée de geeks a fait sienne cette citation de Friedrich Nietzsche et espère apporter sa pierre à l’édifice humanitaire. En effet, avec l’avènement des nouvelles technologies, citoyens, blogueurs ak entru kapab kounye a pataje kreyativite yo.

Cette transformation est révolutionnaire pour le fonctionnement général des sociabilités, men tou pou yon sektè tankou imanitè. Koulye a, soti nan aparisyon nan yon kriz, Patisipe entènèt, à travers les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Wiki) à l’organisation d’une solidarité mondiale. De nouvelles pratiques s’installent, qu’il s’agisse des dons aux ONG via le web ou de la diffusion d’informations.

Lors du séisme d’Haïti, se sitou gras sit microblogging Twitter ke jounalis ayisyen Carel Pédré te rete yon lyen avec les médias du monde entier et les a informés de la situation.

Geeks + cartographes + tradiktè

Un nouveau venu se distingue dans cette masse de solidarités en action: le mouvement des Crisis Camps.

Cartographes, traducteurs ou simples geeks, ses membres partagent le désir de mettre leurs compétences au service des autres en cas de crise. Aux États-Unis, où le mouvement est né en 2009, cela s’est notamment traduit lors de la marée noire dans le Golfe du Mexique par la création d’une application iPhone. “Oil Reporter” permet aux habitants de signaler la présence d’une quantité importante de pétrole, ce qui aide les autorités compétentes pour le nettoyage des zones polluées.

En France, cette communauté est encore balbutiante. “Les Crisis Camps désignent à la fois les réunions organisées en amont et le fait de se mobiliser en cas de catastrophe”, explique Claude Suna, qui a eu connaissance du mouvement américain en tenant un “live-blogging” sur Haïti. Les cartographes d’OpenStreetMap ak tradiktè Vwa global yo tou yon pati nan avanti a.
[youtube = http://www.youtube.com / siveyans?v = kFwdtp52MS4&color1 = 0xb1b1b1&color2 = 0xd0d0d0&HL = fr&prezante = player_embedded&FS = 1]

Videyo nan devlopman an rapid nan rapò sou OpenStreetMap pwen sa yo tranbleman tè ann Ayiti

Se batistè franse tounen nan 24 avril,, dat ak manm yo reyini nan yon syèl kote parizyin nan kilti entènèt: Kav la. Lors de cette “non conférence” comme l’appellent les participants, les quelques 70 inscrits ont pu échanger sur leur vision du mouvement et sur la manière la plus simple et efficace de se mobiliser lors de la prochaine crise. “On peut imaginer par exemple un Wiki où chacun pourrait être éditeur de contenus”, indique Claude Suna.

De nouveaux partenaires pour les spécialistes de l’urgence

Dernière lubie en date des forcenés de l’ordi? Pas seulement, si on en croit le lieu de réunion de leur premier congrès international: le bureau présidentiel de la Banque Mondiale. Du 15 nan 17 juillet, reprezantan ki soti nan chak antite nasyonal te rankontre nan Washington yo òganize mouvman an Crisis Commons (son nom international). Des universitaires, des représentants d’agences gouvernementales et d’ONG ainsi que des consultants du secteur privé sont venus échanger avec ces nouveaux partenaires. Men,, kounye a, kan yo Kriz lite jwenn soti nan yon sèk nan inisye.

"Nan semèn kap vini yo, nou pral wè ki jan nou kowòdone, tou de ant peyi ak enstitisyon ki egziste deja ", Gael eksplike Musquet, reprezantan an franse nan Kongrè a. Konkrètman, sa a ka rezilta nan sou entènèt la, sou paj sa yo nan ONG yo, d’un lien vers la plateforme Crisis Camp qui agrégerait l’ensemble des informations sur une catastrophe donnée.

“On n’est absolument pas en concurrence avec les acteurs de l’humanitaire”, tient à préciser Gaël Musquet, qui présente l’initiative des Crisis Camps comme “une réaction à la mauvaise utilisation que font les gouvernements des nouvelles technologies”. Lors du séisme survenu à Port-au-Prince, les Crisis Camp américains et canadiens ont ainsi travaillé avec le gouvernement haïtien.

Quant au modèle économique des Crisis Camps, il devrait varier en fonction des législations nationales. Fondations dans le monde anglo-saxon, associations autre part, le choix du statut fait aussi partie des discussions en cours. “Tout dépend des volontaires qui s’engagent dans ce projet”, résume Gaël Musquet. Qui, du témoin qui envoie par SMS à la plateforme Ushahidi une information sur un conflit à l’internaute qui “twittera” une information, ka konsidere kòm yon kontribitè? Repons pwochen kriz.

Atik kòmansman pibliye sou Youphil